Si l'hybridation gagne du terrain, il semble de plus en plus clair qu'elle sera une technologie incontournable dans la production de masse à venir. Solution pour réduire le CO2 pour certains constructeurs, elle permet à son utilisateur, au quotidien de changer sensiblement son comportement de conduite, d'économiser du carburant tout en profitant d'un calme absolu en mode électrique.

Quatre systèmes sont actuellement proposés à la clientèle. Il sont plus ou moins élaborés et donc coûteux :

- L'hybride parallèle : simple, cette technologie possède un moteur électrique relativement petit, une capacité de batterie limitée puisque cette chaîne de traction vient soulager, relayer à petite vitesse, voir remplacer le moteur thermique qui reste le socle de la base mécanique du véhicule. Le chargement de la batterie ne peut s'effectuer qu'en période de roulage soit lors de décélérations soit via un alternateur spécifique. En général le mode électrique (s'il existe) n'est exploitable qu'à faible charge (stationnement par exemple) ou à faible vitesse (70 km/h maxi). Les constructeurs qui ont tenté l'expérience sont plusieurs. On peut citer PSA et son système HYbrid4 mais aussi Ford (Mondeo Hybride), Lexus, Infiniti (Q50 ou 60)ou encore Mercedes avec ces Classes E ou S. Tourné vers le passé, cette approche hybride disponible avec des motorisations essence ou diesel est proposé à nouveau par la marque Suzuki ou Renault qui tentent de proposer une hybridation light et donc financièrement accessible. Plus pointu, Audi sur sa nouvelle A8 va proposer pour sa part une hybridation légère qui repose également sur une architecture du futur proche à savoir du 48V eu lieu de 300V voir plus connu jusque là. Un petit moteur électrique prend la place de l'alternateur et conserve une courroie pour la transmission. Le moteur thermique peut ainsi se couper en dessous de 22km/h, le moteur électrique assurant alors les reprises sous cette vitesse ainsi que les démarrages. La batterie lithium-ion sera de petite puissance (0.48 kWh). Cette technologie dite du 48V semble très efficace pour les versions hybrides faites pour rouler. Mais le 100% électrique pour la ville est également en phase de tests chez les équipementiers. La principale contrainte sera le poids à réduire drastiquement mais aussi les équipements de confort comme la climatisation puisque c'est l'ensemble du véhicule qui sera allégé tant en puissance de batterie qu'en puissance de moteur. On estime en effet qu'en ville l'équivalent à 20cv vapeurs doivent suffirent, le couple fournit étant instantané. Cette basse tension ne présente en plus aucun risque pour la sécurité et les petits véhicules urbains posséderaient 1 ou 2 petits moteurs électriques. Cette nouvelle approche concerne de nouveaux véhicules pensés ainsi depuis leur conception et plus une version thermique adaptée. Les révolutions restent donc à venir comme celle qui, par exemple a fait passer l'ampoule classique que nous connaissons encore à la led. 

L'hybridation de série : Le véhicule est avant tout électrique avec une capacité de batterie importante. Le moteur thermique joue le rôle de prolongateur d'autonomie puisque lorsqu'il tourne il sert de générateur électrique rechargeant ainsi les batteries. La puissance thermique n'est pas transmise aux roues. Genéral Motors en avait fait son prote drapeau écologique à travers la Chevrolet Volt ou l'Opel Ampera. D'autres marques l'ont fait comme la feu Fisker Karma ou le proposent encore aujourd'hui comme la BMW i3 équipée de son moteur de moto bi-cylindres de la même marque (650cm3 pour 34cv). 

L'hybride à dérivation de puissance dit dual : honneur au précurseur, au leader du marché : Toyota. Le principe est de réaliser une synthèse des deux hybridation précédentes.Techniquement compliquée, la marque japonaise possède une belle maîtrise et une réelle fiabilité dans le domaine. Les batteries ont une autonomie limitée et assurent le fonctionnement électrique essentiellement lors des phases de démarrage ou de stationnement. Le moteur thermique prend rapidement le relais dès qu'il est plus pertinent techniquement et il joue également le rôle de générateur pour recharger les batteries. Cette technologie permet d'abaisser substantiellement les consommations à condition d'avoir une conduite adaptée (voir mon dossier sur l'écoconduite sur ce même blog).

L'hybride rechargeable : Arrivée en 2010 cette approche semble être celle qui a le plus d'avenir. Le moteur électrique et les batteries sont alors surdimentionnées afin de permettre au véhicule de pouvoir circuler avec une allure normale (jusqu'à 120 km/h dans de nombreux cas) en mode 100% électrique avec une autonomie allant de 30 à 50 kms suivant les marques (chiffres d'homologations) . Il est alors nécessaire de brancher le véhicule au réseau électrique pour le recharger totalement, son utilisation ne permettant pas une charge suffisante en roulant et de loin. Le véhicule peut circuler également en mode thermique ou si besoin en tandem cumulant les puissances. La majorité des constructeurs qui proposent de l'hybride utilisent cette technologie : BMW, Audi, Volkswagen, Porsche, Hundai, Honda, Kia, Mini, Mitsubishi, Volvo ou encore Toyota (gamme rechargeable). L'offre est de plus en plus fournie car de plus en plus performante et est une réelle alternative aux véhicules 100% électriques.

Si la loi impose une garantie constructeur d'au minimum 2 ans, certains proposent plus comme vous devez le savoir (3 ans, 5 ans, 7 ans...). Sur les véhicules électriques et/ou hybrides les extensions sont souvent d'origine et vont parfois bien au delà des versions thermiques. Connaissant assez bien les constructeurs et leur prise de risque toujours très calculée, on peut logiquement penser que même en élargissant la durée, ils ne prennent pas beaucoup de risque. Pour mémoire si la durée de vie d'un moteur thermique actuel est estimée à 400 000 kms, le moteur électrique est donné pour...1 millions ! 

Côté contrôle technique : la pollution des moteurs thermiques ne peut se faire que s'il se déclenche automatiquement. Par conséquent un hybride rechargeable chargé peut ne pas être contrôlé et donc peut éventuellement ne pas être sanctionné.

Enfin vous avez certainement vu l'approche futuriste de la route conductrice de courant permettant de charger le véhicule empruntant cette même route. Si déjà je reste curieux de connaître la puissance ponctionnée sur la routepour recharger par rapport à la puissance développée pour cette même voiture pour rouler, je reste perplexe en observant un autre transport utilisant l'électricité : le train. En effet "leur" route (ou voie) est très souvent électrifiée via des caténaires cou^teux à implanter. La motrice utilisée n'est pas hybride elle est soit électrique soit thermique. Moralité la motrice utilisée d'un point A à un point B est électrique si le parcours est totalement couvert. Si ce n'est pas le cas, c'est le thermique diesel qui est utilisé et ce, même si le parcours s'effectue en grande partie sur une ligne...électrifiée ! Étonnant non ?

 Les garanties constructeurs concernant la partie des chaînes de tractions électriques (source internet qui n'est pas des plus claire pour certaines marques). J'y intègre les marques ayant des véhicules 100% électrique également :

 

Audi : 2 ans illimité

Bolloré : 1 an

BMW : 2 ans illimité

Citroen : 5 ans ou 50 000 kms (c zero, berlingo)

Honda : 8 ans ou 160 000 kms pour l'Insight et 5 ans pour la Jazz et le coupé CR-Z hybrides qui ne sont plus au catalogue depuis janvier 2015 pour les cas de l'Insight et du CR-Z et octobre 2016 pour la Jazz.

Hyundai : 5 ans kilométrage illimité

Infiniti : 8 ans  ou 160 000kms

Kia : 7 ans ou 150 000 kms

Lexus : 5 ans ou 100 000 kms

Mercedes : 2 ans illimité

Mini : 2 ans illimité

Mitsubishi : 5 ans ou 100 000 kms

Nissan : 5 ans ou 100 000 kms

Opel : 5 ans ou 160 000 kms (Ampera ou la feu Chevrolet Volt)

Peugeot : 5 ans ou 50 000 kms (c zero, berlingo)

Renault : 2 ans / illimité (Zoé depuis 011/01/17 et Scenic Hybrid system) ou 5 ans ou 100 000 kms pour le Kangoo ou la Zoé (celles avant le 01/01/17).

Smart : 2 ans illimité

Suzuki : 3 ans ou 100 000 kms

Tesla : 8 ans kilométrage illimité

Toyota : 5 ans ou 100 000 kms

Volkswagen : 5 ans ou 100 000 kms (Jetta hybrid). A priori 2 ans illimité pour la gamme GTE

Volvo : 2 ans kilométrage illimité

Frédéric Bourdiaux 06/07/17

L'hybride parallèle :

hybrid_schema_620

photos internet