Vous êtes passé à la norme Euro 6 avec votre nouveau véhicule diesel ? il vous semble être équipé d'un nouvel artifice contraignant et coûteux ? Vous n'avez encore rien vu !

Alors même que le dieselgate avait éclaté, les constructeurs homologuaient et commercialisaient leurs nouveaux moteurs ou moteurs récents adaptés pour la norme Euro 6. Elle remplace la norme Euro 5 en vigueur depuis les années 2010 et qui a vue la généralisation des fameux et contre-versés filtres à particules (FAP).

Pour faire simple cette nouvelle norme E6 en rajoute une couche et s'attaque (enfin diront certains) aux oxydes d'azote (NOx) dans le but de les réduires voir disparaître. Certes la vannes EGR (celle qui s'encrasse régulièrement mettant la voiture en mode dit "dégradé") est efficace sur environ 20% des NOx dégagés puisqu'elle abaisse les températures à l'échappement. Déjà contraignant et coûteux (longtemps les constructeurs ont préconisés le remplacement de la vanne plutôt qu'un nettoyage moins rentable pour eux..), ce système ne suffit pas pour répondre aux nouvelles normes actuelles et surtout à venir. Pour faire bref sur les chiffres qui ne vous passionnerons certainement pas sachez que sous Euro 3 (prenons un Renault Espace III par exemple) la limite d'homologation pour les NOX des moteurs diesels était de 500 mg/km. Sous Euro 4 (Espace IV 2.2DCi) on tombait à 250 mg/km, sous Euro 5 (Espace IV 2.0DCi) on était à 180 mg/km et sous Euro 6 dit b (Espace V 1.6DCi) on est à 80 mg/km. Toutefois sachez que cette dernière norme qui peut à la lecture sembler basse est le double de celle tolérée actuellement aux USA. Moralité : la route est encore longue....

Si les particules restent traitées par un filtre à particules, le système mis en place par les motoristes pour éliminer les NOx et rentrer dans les clous est un filtre à NOx dans lequel on injecte sous pression un liquide "miracle" : l'AdBlue. Ce produit injecté produit une réaction chimique qui détruit une bonne partie des gaz traqués. L'AdBlue est un liquide fait à base d'urée (urine animale.) à 32.5% et d'eau déminéralisée (67.5%). Il détruit ainsi 85% des gaz..

Si sur le papier cela semble séduisant, dans la pratique il faut remplir le réservoir régulièrement et cela a un coût. Deux solutions s'offrent alors à vous Le bidon en centre auto ou chez le constructeur ou alors la pompe à essence "moderne".

Le bidon : Très lucratif pour les réseaux automobiles, son prix est souvent prohibitif et du même acabit que les fagots de petits bois que vous trouvez à la vente dans certaines stations services des grands pétroliers (observez les prix ! les filets sont toujours situés dehors sous la vitrine). Si le centre auto vous fournira le bidon de 10 litres pour environ 12 à 16€, le constructeur plus fûté vous proposera un bidon avec bec verseur spécifique pour le même prix ou légèrement plus cher. Fûté oui car si certains constructeurs ont placé l'orrifice de remplissage à côté de celui du carburant (façon véhicules GPL) d'autres l'ont positionné sous le capot moteur voir dans le coffre. Dans ce dernier cas attention au remplissage car le liquide attaque et marque toutes les matières en cas de débordement.

La pompe à essence : Grâce aux poids lourds qui sont sous AdBlue depuis plusieurs années, les distributeurs de carburant ont progressivement mis en place des cuves avec à l'extrêmité des pistolets visuellement semblable à ceux du carburant mais munis d'un bec spécifique et d'une poignée bleue. Si les pompes destinées aux routiers proposent le produit miracle à environ 0.25€ le litre, les automobilistes eux trouveront leur pistolet avec les autres pistolets à carburants (stations récentes uniquement). Le prix est alors d'environ 0.59€ le litre. Moins cher qu'un bidon ? Il n'y a pas photo ! Mais je vous rappelle juste que nous parlons d'un liquide fait d'urine et d'eau déminéralisée !!!

Une fois le petit réservoir rempli, il y a la consommation d'AdBlue. Elle est estimée à environ 1 litre pour 8000 kms pour les moteurs actuels. Le réservoir que vous possédez est donc en toute logique relativement petit et doit être régulièrement approvisionné. A l'amorce du fond de réservoir un message d'alerte vous indique le kilométrage restant tout en maintenant le bon fonctionnement du moteur. Un deuxième message mettra le véhicule en mode dit "dégradé" avec une puissance limitée. Enfin le troisième message vous indiquera que le réservoir est vide et que le véhicule ne peut démarrer.

L'apparition des nouveaux moteurs qui vont arriver va commencer à changer la donne. C'est le cas du nouveau moteur PSA 1.5HDi prévu pour passer la norme Euro 7. Sa commercialisation prévue pour septembre 2017 va s'effectuer sous la norme Euro 6 c plus contraignante. La consommation d'AdBlue va ainsi passer de 1 litre pour 8000 kms à 1 litre pour 1000 kilomètres ! La norme qui suivra va intensifier le phénomène et l'on estime qu'on sera rapidement à 1 litre pour 500 voir 400 kilomètres ! 

"Vendue" par les constructeurs pour 1 plein d'AdBlue par cycle d'entretien, la réalité est totalement différente puisque la consommation d'AdBlue dépend de l'utilisation du véhicule. Moralité bon nombres de propriétaires ont du se rendre dans les réseaux des marques pour faire le "cher" plein. D'ailleurs dès son entrée en vigueur j'ai dit (à mon petit niveau mais haut et fort) que l'AdBlue était le nouveau produit lave glace des garagistes comprenez par là qu'à chaque révision 1 plein d'AdBlue sera facturé systématiquement (le niveau étant impossible à contrôler facilement) comme pour le lave glace qui est facturé depuis des années (où inclus dans un forfait) que le bocal soit vide ou surtout plein ! 

Alors oui à l'heure du dieselgate et compte tenu des consommations d'AdBlue qui vont largement augmenter, les constructeurs vont devoir s'adapter. Il est peu probable qu'ils augmentent la taille des réservoirs dédiés à ce précieux liquide ce qui entraînerait une diminution de celui du carburant faisant alors chuter l'autonomie du véhicule obligeant alors les rouleurs (utilisateurs de diesels) à faire le plein de GO plus fréquemment. La piste de la jauge à AdBlue est plus probable. On laissera ainsi l'automobiliste gérer son plein (lors d'un passage à la pompe par exemple) sans attendre les alertes du tableau de bord. Anticiper la panne sèche et laisser l'utilisateur gérer son plein d'AdBlue pour le rendre moins indolore en payant son Gaz Oil c'est l'idée. A terme le plein (et la punition) sera double pour l’automobiliste. C’est bien pour cela que les pistolets d’AdBlue sont intégrées avec les autres pistolets.

Mais qui dit consommation plus importante dit triche ! Ce n'est pas le constructeur qui le fera mais bel et bien le propriétaire de la voiture via un simple système de neutralisation made in China. Efficace techniquement c'est une catastrophe pour l'environnement puisque le véhicule Euro 6 ou 7 polluera ainsi comme une Euro...1. La pratique est d'ailleurs répandue dans le monde des routiers des pays de l'Est qui ne se soucient pas plus des conditions de conduite de ces chauffeurs que les dégats environnentaux. Hélas si le nouveau contrôle technique de 2018 détectera la neutralisation du système de filtre à particules, ce ne sera pas le cas pour les NOx puisqu'un simple bouton sous la planche de bord pourra le réactiver !

Dans toute cette production automobile, un constructeur se démarque. Il s'agit de Mazda avec sa technologie Skyactiv. La marque japonaise joue sur les taux de compression de ces moteurs. Le résultat pour les diesels est qu'il peut se passer des filtres à NOx et donc de l'AdBlue.

Enfin il est bon de signaler que les moteurs essences produisent également des NOx à l'échappement mais ils sont nettement moindre au point de, pour le moment, ne pas devoir avoir de filtre spécifique et d'AdBlue. Celà n'est que provisoire rassurez vous... ou pas.  

Frédéric Bourdiaux 16/06/17

logo-adblue

 

Le bidon basique: bonne chance pour le remplissage !

sans1_nd

 

Le bidon des construteurs spécialement étudié mais pas donné :

Adblue

 

La pompe classique dans les stations récentes :

overview_01_623x351

photos internet